Jbel Oukaïmeden flore

Montée au Jbel Ouka ( 2600-3200m). Nombreuses fleurs , endémiques ( ou pas)

En bas de la pente rocailleuse, je retrouve le pavot de l’Atlas , la jurinée , l’inule des montagnes à l’odeur agréable, la picride d’Espagne , la fritillaire, et tant d’autres. Plus haut sur la pente , se dressent les panicauts de Bourgat à l’élégante collerette de bractées épineuses bleu-violette , et le cirse dyris très piquant aux fins poils blancs. Dans les creux de rochers humides se cache la petite pâquerette bleutée.  La linaire triste est une endémique plutôt rare et au nom bien mérité. Le rhodanthème de l’Atlas, autre endémique , pousse par touffes dans les rochers. Sur la pente et sous le sommet, les “coussins-de-belle-mère”/xérophytes épineux rivalisent de couleurs : cytise épineux , sabline piquante ,  alysson épineux Contre les rochers, une endémique peu fréquente , la crépide hookeriana . En descendant par un vallon humide , on marche entre les massifs de “cirse à épines d’or” ,  les grandes berces , des coulées de renoncules de Grenade , et des campanules de Maire.Dans la prairie très humide sous les azibs, j’ai enfin pu mettre un nom au liondent de l’Atlas.
Toutes ces plantes peuvent être retrouvées dans le site atlasbota.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *